أرشيف الأوسمة: ésotérisme

La sagesse sublime cachée dans l’histoire du prophète Moïse selon Ibn Arabi, 1ère partie

bw imaginary pic

Selon sa signification spirituelle, le meurtre des enfants mâles ( des Israélites, meurtre ordonné par Pharaon ) dans le but de détruire le prophète ( dont la naissance lui avait été prédite) eut lieu pour que la vie de chaque enfant tué dans cette intention affluât à Moise, car ce fut en supposant qu’il était Moïse que chacun de ces enfants fut tué; or, il n’y a pas d’igorance dans l’ordre cosmique , de sorte que la vie c’est à dire l’esprit vital de chacune de ces victimes dut nécessairement revenir à Moïse. C’était de la vie pure , primordiale, n’ayant pas été souillée par des désirs égoïstes. Moïse était donc de part sa constitution psychique la somme des vies de ceux qui avaient été tués dans l’intention de le détruire. Dés lors, tout ce qui était préfiguré dans la prédisposition psychique de chaque enfant tué se retrouvait en Moïse, ce qui représente une faveur divine exceptionnelle que personne avant lui n’avait reçues.

Moïse est donc né comme une synthèse de beaucoup d’esprit vitaux, qui étaient au tant de forces actives. 

Pour ce qui est de la sagesse impliquée dans le fait que Moïse a été mis dans une arche et abandonné au Nil, Ibn Arabi explique que l’arche correspond à son réceptacle humain ( Anasut) et le Nil à la connaisance qu’il dut assimiler par l’entremise de ce corps; c’est à dire par le moyen de la pensée et des facultés de sensation et d’imagination, facultés qui ne sauraint transmettre quelque chose à l’âme humaine sans

استمر في القراءة

Advertisements

L’Écorce et le noyau dans toutes les religions

 

church_and_mosque

Exotérisme et ésotérisme, ces deux domaines respectifs sont définit par les soufis comme suit: le premier, accessible au plus grand nombre, constitue, d’après une métaphore utilisée par Ibn Arabi, l’« écorce » de la doctrine, tandis que le second en est le « noyau » et est réservé à une « élite », seule apte à en tirer véritablement profit.

Cette distinction entre ésotérisme et exotérisme, se rencontre dans la plupart des traditions orthodoxes,.mais, la tradition islamique est  peut-être celle où est marquée le plus nettement la distinction de  l’exotérisme et de l’ésotérisme, la voie exotérique, , étant représentée par la shariyah, et est commune à tous,  tandis que la « vérité » intérieure, réservée à l’élite , est appelée haqiah. Cet ésotérisme  n’est point quelque chose de nouveau ou surajouté à la doctrine islamique, quelque chose qui serait venu s’y adjoindre après coup et du dehors, mais  en est au contraire une partie essentielle puisque, sans lui, elle serait manifestement incomplète, quant à son principe même.

Ce cœur de la doctrine est en même temps ce qui est commun à toutes les traditions spirituelles

استمر في القراءة