أرشيف الأوسمة: honneur

La chevaleresque : El futuwwa

abd alKader El -Futuwa ( La chevaleresque ) qui consiste à effacer son ego pour le remplacer par le service permanent à l’autre ,et c’est cette attitude qu’adoptent les maîtres spirituels .Ibn ‘Arabî , explique la Futuwwa en disant : ” En vérité ,la futuwwa consiste à élargir aux autres les bienfaits et les dons qui nous sont octroyés et à occulter ceux que nous dispensons conformément à ce que Dieu a dit dans le Coran : ” Ne rendez pas vains vos dons en les interrompant ou en causant du tort ” Coran II ,264le Coran considère que l’une des qualités majeures des pieux à qui est réservée la félicité dans la vie ultime, c’est la maîtrise de la colère et le pardon accordé par eux à ceux qui les offensent. Allah dit : “Qui dépensent dans l’aisance et dans l’adversité, qui dominent leur rage et pardonnent à autrui – car Allah aime les bienfaisants – “L’Emir Abd El-Kader, C’est l’homme du sabre lorsqu’il s’agit de défendre l’honneur de son pays mais aussi c’est l’homme de coeur lorsqu’il s’agit de défendre les victimes de l’injustice et de l’oppression,Son humanisme a été attesté par de grands auteurs et dans toutes les langues.On ne peut comprendre la personnalité de l’Emir Abd El-Kader ce grand homme qu’en se référant à l’enseignement et à l’éducation spirituelle qui le rattache à la voie initiatique de l’ésotérisme islamique, et son maître Ibn Arabi le soufisme.

Derrière le combattant du « djihâd mineur » contre l’ennemi du dehors qui dévastait alors son pays, se dévoile l’homme mystique dont la vie intime ne fut qu’un long combat contre l’infidélité que tout homme porte en lui : c’est le sens de la grande guerre sainte « al jihâd al-akbar ». Ses écrits, son expérience, sont des témoignages vivant de la fidélité et de la continuité de cette voie soufie Mohammadienne. La voie du milieu où le temporel et le spirituel se fondent l’un dans l’autre et d’où émerge l’Homme, le serviteur parfait « al insân al kâmil ».Cela nous invite à méditer les paroles de l’Émir illustrant le pur amour. Le qualificatif de serviteur aimant auquel Dieu s’adresse est, pour les soufis, la désignation de l’état primordial, la nature parfaite et originelle de tous les prophètes et de tous les saints et les amis de Dieu (awilya’Allah). Illustrant au plus haut degré la relation subtile

استمر في القراءة

الإعلانات